• 13/02/2017

    Quand la neige fond, elle fait une bouillasse marron dans laquelle on marche sur la pointe des pieds, regrettant déjà les heures ou elle tombait - les flocons virevoltant dans le ciel d'un blanc lumineux, constellant peu à peu les toits des maisons, des voitures, les rebords des routes et la dentelle des arbres. Le lendemain matin, on sort dans le noir, le tapis moelleux à peine entamé par quelques empruntes de pas matinales, la neige scintille dans la lumière des lampadaires, l'eau des gouttières s'est figée dans des stalactites, le monde recouvert de verglas murmure, chuchote, s'arrête ; et on avance, s'agrippant au rebord des murs pour ne pas tomber, nos pas crissant sur le coussin épais, notre souffle faisant de la buée dans l'air. Et le soir, alors que la neige est déjà devenue de la boue, noircie par le passage des chaussures sales et des urbains pressés, on retrouve un petit coin de nature figée dans la neige, pour s'y allonger et contempler les sept étoiles d'Orion - chasseur tenace, qui parvient à briller même dans le ciel pollué d'une ville énervée.

    ***

    Pourquoi est-ce qu'on aime tant la neige ? Pourquoi nos yeux s'illuminent quand on voit le ciel blanchir et nos manteaux se consteller de petits flocons ? Il n'y avait plus du tout de neige ce matin, quand je suis allée en cours. J'ai trouvé ça triste. Je n'avais même pas eu le temps de mettre à jour mon mini-module "Météo", parbleu !

    ~ Admirer la crue de la Seine du haut des marches enneigées, c'est beau *^*


  • Commentaires

    1
    Mercredi 14 Février à 18:31

    Quand la neige fond, je suis  surprise de voir qu'il reste encore de fragments blancs disséminés sur les toits et sur le bord de la voie de chemin de fer, quand je rentre le soir, en RER. Petites bandes d'ivoire qui nous rappellent le souvenir de la semaine dernière, nous rappellent qu'elles ne sont que les vestiges d'un manteau blanc qui recouvrait alors tout le paysage. C'était éphémère, mais magnifique. Je rêve encore de mercredi dernier, quand je suis allée me promener dans la forêt avec ma mère et que c'était tout blanc, tout beau... Je regrette de n'être pas allée à la carrière de sable de l'autre forêt - celle de Cheptainville - où j'étais allée luger, étant petite ; j'ai vu les photos prises par mon père sur son téléphone, et on se serait cru à la montagne : des pentes escarpées, des arbres - un peu plus de sapins et l'illusion aurait été parfaite ! -, beaucoup de neige et des gens en luge ou en snowboard. 

    Maintenant, la neige, ce ne sont donc que de petits fragments sur les toits, et des trucs maronnasses/noircis par la pollution dans les caniveaux... Mais je continue de me passer en boucle les images de la semaine dernière *-* 

    ~ Admirer la crue de la seine depuis le haut des marches enneigées de la BFM, ça donne un genre de vertige ; tu sens que tu pourrais glisser à tout moment, et en même temps, tu as l'impression d'être au-dessus de tout. Et ce qui se déploie sous tes yeux est magnifique *w* 

      • Lundi 26 Février à 23:47

        ~ Admirer la crue de la Seine... : Exactement ! Et c'est magnifique *-*

        Une petite semaine magique au milieu de Février, en fait :3 Désolée si je ne réponds pas grand-chose de plus, mais ton commentaire était beau, tout de même :3

    2
    Vendredi 23 Mars à 08:59

    C'est super beau fanny *^* Dommage que ce ne soit plus à jour ! Enfin bon, j'aime bien revoir fleurir le paysage en ma saison x)

      • Vendredi 23 Mars à 14:06

        Rhooo merci *^*

        Oui ! Mais comme tu dis, revoir du soleil (ou juste de la lumière !), ça fait du bien :')

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :