• Bonsoir à vous ! Ça fait un bout de temps que je me dis que cette rubrique mérite un petit coup de boost, alors c'est parti pour la relancer avec mon dernier coup de cœur en date : le manga A Silent Voice !

    http://reve-of-manga.r.e.pic.centerblog.net/2b0303bb.gif

    Même si je vais ici vous parler du manga, j'utilise des gifs du film qui en est tiré ~ parce que c'est beau ;w;

     

    L'année scolaire de Shoya, en CM2, est bouleversée par l'arrivée à l'école d'une nouvelle : Shoko Nishimiya, qui est malentendante. Intrigué par cette particularité, Shoya commence à embêter la jeune fille, et se fait suivre par de nombreux autres élèves de la classe. Tout le long de l'année, Shoko est harcelée : on lui crie dans les oreilles, on lui arrache ses appareils... Mais arrive le moment où l'affaire éclate, et les responsables dans l'établissement recherchent un coupable. Toute la classe désigne alors Shoya pour seul responsable. Abandonné par ses amis, n'osant plus avoir confiance en personne, ni en lui-même, Shoya se détourne progressivement des autres et finit ses années de lycée seul. Décidé à se suicider, mais à payer ses dettes avant, Shoya travaille pour rembourser sa mère et apprend la langue des signes. Il décide de retrouver Shoko, pour s'excuser convenablement avant de mourir, mais ses plans sont bouleversés par la réaction de Shoko et sa rencontre, peu après, avec un garçon nommé Tomohiro, lui aussi seul, et qui se lie immédiatement à lui. Shoya a-t-il droit à l'amitié ?

     

    A Silent Voice

     

    Au fil des rendez-vous sur le pont, de rencontres fortuites, d'un projet de film, Shoya et Shoko se constituent petit à petit une bande d'amis - une bande qui n'est ni parfaite ni vraiment solide, mais une bande où il fait bon vivre. Et Shoya de se demander s'il peut faire confiance à ces individus qui viennent l'entourer, s'il sera jamais pardonné pour avoir harcelé Shoko tout le long d'une année...  Bien plus que le handicap, qu'il aborde d'ailleurs avec vérité et justesse, ce manga traite de la question du harcèlement - qui sont les harceleurs, en quoi sont-ils coupables ? En nous plaçant du côté du "bourreau" puis, en quelque sorte, de celui de la "victime", Yoshitoki Oima réussit avec brio à questionner nos idées reçues, nos erreurs, nos faux pas, et à montrer que simplement, vivre n'est pas facile quand on se cherche... 

    C'est, selon moi, un véritable manga sur l'amitié, sur l'acceptation de soi et des autres, porté par une bande de personnages tous super attachants et, selon moi, absolument pas cliché. Ils ont tous leur histoire à raconter, ils ont tous leurs forces, leurs faiblesses ; leurs fiertés, leurs hontes. Et je les aime <3

    Bon, il faut le dire, A Silent Voice est un manga dont j'avais beaucoup, beaucoup entendu parler. Son succès phénoménal ainsi que son adaptation en film (très réussie, d'ailleurs, même si je préfère le manga) sont bien une preuve de sa qualité, non ?

     

    http://blog.alltheanime.com/wp-content/uploads/2017/03/a-silent-voice-vol-07-panel-02.png

     

    Je voudrais ajouter, à propos du style graphique : quand j'ai commencé le manga, je trouvais étrange ces visages à peine esquissés, dont les traits pouvaient sembler maladroits. Depuis, je me suis extrêmement attachée à ce style, qui est l'une des raisons pour lesquelles, peut-être, je suis autant fan de To Your Eternity (autre série de mangas de qualité, de la même auteur, mais on en parlera une autre fois). Lorsque j'ai vu le style du manga sublimé par les couleurs et l'animation, en revoyant la bande-annonce du film, je me suis rendue compte à quel point ce style était original, délicat, alors que nombre d'animes que je regarde se ressemblent...

    Enfin, A Silent Voice est un manga qui m'a donné envie de pleurer. Beaucoup. Pas seulement parce qu'il y avait des situations graves, du drama, tout ça, parfois dans la fracture, la douleur qu'on ressent lors d'une scène ordinaire. Il faut le dire, je m'y suis vraiment reconnue - ces questionnements sur la vie, ces trahisons d'amis, ces disputes et ces doutes, on les a tous connus. Plus précisément sur le harcèlement, c'est un fait assez commun pour que chacun comprenne, au moins un peu, ce qu'il peut faire ressentir... 

    Ça ne m'aurait pas fait pleurer si ça ne m'avait pas fait rire, aussi, et je le répète ; je suis super attachée à cette bande d'amis <3 Une histoire en sept tomes que je ne saurais trop vous conseiller !

    A la prochaine ! mew~

    A Silent Voice


    7 commentaires
  • Le 13 Novembre 2015, la France a été frappée de plein fouet. On disait "cette fois, c'est la guerre", "l'aube d'une nouvelle ère", celle de la peur, de la terreur. 

    Il n'en a pas été ainsi. Quelques jours de stupeur, de commémoration, et puis la vie a repris son cours, "comme avant". 

    Le 13 Novembre 2016, Paris se souvient.

    Je n'ai pas fait d'article de commémoration - alors faisons-le maintenant. J'ai commencé ce livre le 13 Novembre, et ma journée de commémoration était le jour où je l'ai terminé, Vendredi 18 Novembre. 

    Afficher l'image d'origine

    B. était à une terrasse, cette nuit-là. Il a vu les tireurs tuer. 

    Ils ont pris son frère, Pierre. 

    Le lendemain, il croise un homme dans le métro. Il le reconnaît : c'est l'un d'eux. 

    Alors, sans avoir décidé ce qu'il va faire, il le suit. 

    [Pour une fois, j'ai pris le résumé de la 4e de couverture. Il était très bien fait, je ne vois pas l'intérêt d'en changer.]

     

    Afficher l'image d'origine

    Samedi 14 Novembre est un livre brutal, juste, fin. Un livre qui ose écrire au présent, puis au passé, puis au futur. Un livre qui défie les lois de la littérature, plaçant son épilogue après ses remerciements. Un ouvrage divisé en actes et entractes, qui explore les réactions de toutes les personnes qui y apparaissent, de la danseuse que B. croise dans le métro à l'homme qui lui a donné ses cigarettes - leurs envies, leurs peurs. Ce ne sont pas des personnages, mais des hommes.

    Inspiré de l'Etranger d'Albert Camus comme de Dans le Désordre de Marion Brunet [Magnifique livre sur la jeunesse, l'anarchisme, la rébellion], Samedi 14 Novembre offre une réelle progression dramatique ou le héros, d'abord brutal, presque monstrueux, réalise peu à peu que sa colère lui fait perdre son humanité. On s'embarque dans une réflexion sur la culpabilité, la colère, la violence - mais à quoi bon ? Ça effleure le texte, ça pose des questions, mais c'est surtout porté par une écriture franche, juste, brutale, et belle. 

     Afficher l'image d'origine

    Le vendredi 13 Novembre 2015, j'ai pris un autre bus que le mien, j'ai descendu à un autre arrêt pour venir en cours. En passant devant le panneau vigipirate, je me suis demandée ce que serait la France si Daesh avait gagné en Janvier - ce soir-là, il y a eu les attentats. Le vendredi 18 Novembre 2016, mon bus faisait une déviation, j'ai donc repris l'autre bus pour la première fois depuis le 13 Novembre 2015, je repasse devant le panneau vigipirate, et je finis mon livre. Juste après, c'était l'exercice de confinement en cas d'attaque terroriste...

    Samedi 14 Novembre a pour simple but de nous rappeler les attentats d'une manière vraie, sincère. Et c'est magnifique.

     


    5 commentaires
  • Oui, il est minuit.

    Il faut croire que j'aime pondre des articles à pas d'heure, moi.

    Je vais vous parler de La Face cachée de Luna, un livre qui m'a transportée et profondément marquée.

    Afficher l'image d'origine

    La Face cachée de Luna, aujourd'hui renommé Cette Fille, c'était mon frère, parle d'une transexuelle qui s'appelle Liam. Liam a toujours été une fille, mais aux yeux de ses camarades, ses professeurs, ses amis, ses parents, c'est un garçon. Il n'y a qu'avec sa sœur Regan qu'elle se montre telle qu'elle est, en prenant des vêtements de filles et du maquillage, en devenant Luna. Elle vient chaque nuit dans sa chambre emprunter son maquillage et danser devant le miroir, pour ces quelques instants où elle est réellement elle. Mais pour Regan, cette situation est intenable. D'une, elle ne dort plus la nuit, de deux, il y a ces fichus cours de sciences, et de trois, il y a Chris. Avoir Liam et son secret au cœur de sa vie ne lui convient plus. Pour Luna aussi, être piégée dans le corps de Liam devient invivable...

    La Face cachée de Luna [Julie Anne Peters]

    Ce livre parle du problème de l'identité sexuelle, vous l'aurez compris. Mais pas seulement. On y parle d'abord et avant tout de la relation fraternelle entre Liam/Luna et Regan. Et puis il y a cette histoire d'amour trop chou qui nous fait souffler, entre Chris et Regan. C'est simple : je ne pouvais pas lâcher ce livre. Je me suis sentie proche des personnages, comme un membre de leur famille. Parce que je sais ce que c'est d'avoir une sœur, de chercher à être soi-même, mais d'avoir peur de la perdre au passage. Je me mettais totalement à la place de Regan, et, en ce qui concerne Luna, elle m'a émue et fascinée. Ce livre m'a fait réfléchir à tous les stéréotypes de sexe, à cette fâcheuse habitude que l'on a de mettre les gens dans des cases, et du mal que cela fait. Et puis en plus, Regan et Luna ont les parents les plus sexistes au monde, ce qui ne facilite pas les choses. J'avais un peu envie de les frapper toutes les deux pages.

    Afficher l'image d'origine

    Bref, ce livre est génial, marquant, transportant, et c'est à minuit, un peu comme Luna, que je viens vous déranger pour en parler. L'écriture est vive et drôle, les émotions, comme on s'y attend, sont au rendez-vous. Je vous le conseille très fortement ♥

    Bonne nuit !

    *11 000 visites ! Merci à tous ♥♥ *


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique