•  

    *Fanny s'ambiance*

     

    On est aujourd'hui le 10 Décembre, date que j'ai retenue comme étant celle où j'ai commencé Hunter x Hunter. Et, cet anime étant de très loin mon préféré, il fallait à tout prix que je vous fasse un petit article pour rendre hommage à cet anime qui me passionne et m'obsède depuis un an <3 (Oui, j'ai encore repris le concept d'Eden Kheel, je l'avoue...)

    A vrai dire, je réfléchis à cet article depuis très longtemps, et je ne sais même pas par où commencer. Il faut dire que je n'avais pas eu une telle passion pour quelque chose depuis Harry Potter, je pense x) Et même, il est rentré, aux côtés d'HP, de Percy Jackson (et Riordanverse) et de Gravity Falls, dans ce cercle très privé des œuvres qui font définitivement partie de ma culture personnelle. Plus que des fandoms, elles ont changé ma vie, en quelque sorte :') [Avec ma passion actuelle pour Steven Universe, je l'avais fait entrer dans le club, avant de l'en enlever... On verra, si je suis toujours autant à fond dessus dans un an, peut-être formera-t-il la cinquième branche de l'étoile :')]

    Mais je ne suis pas là pour déballer mon amour pour Hunter x Hunter, mais plutôt pour vous montrer à quel point c'est génial. Je vais essayer de ne pas trop spoiler, mais je ne promets rien... On ne peut pas démontrer la génialitude d'un anime de 148 épisodes en n'en dévoilant que le pitch original : Gon, 12 ans, décide de quitter l'île de la Baleine où il a grandi avec sa tante, et va passer l'examen pour tenter de devenir Hunter, comme son père. Avec ça, on n'a pas abordé un tiers du millième de la série...

     

    I. Le pitch original et ses évolutions

    Hunter x Hunter

     

    A la base, le manga de Yoshihiro Togashi se pose comme un shônen classique qui en reprend tout à fait les codes. Il commence à paraître en 1998 dans le magazine Shônen Jump, un an après le début du fameux One Piece. On pose donc un héros jeune, naïf, déterminé, particulièrement talentueux, et prêt à tout pour atteindre son objectif - en l'occurence, devenir le plus grand des Hunter et retrouver son père. Pour vous expliquer un peu ce que sont les Hunter, on peut dire qu'il s'agit d'individus privilégiés, assignés à des tâches particulières (hunter chasseur de primes, crime hunter, hunter gourmet, etc). Notons aussi, même si cela n'est expliqué qu'à partir de la deuxième saison, que les Hunter maîtrisent le Nen - un pouvoir spécial que tout le monde possède en théorie, mais que seuls les Hunters connaissent -, ce qui fait d'eux des individus particulièrement puissants. (L'organisation internationale des Hunter est aussi puissante qu'un grand État...)

    Très vite, Gon fait la rencontre de Léolio, Kurapika et Killua, et ces personnages parcourent le manga/anime - même si ils n'y sont pas omniprésents, il le tiennent de bout en bout. L'un des éléments centraux de ce manga / anime est l'amitié, et on peut dire que l’œuvre entière se présente comme un hommage à l'amitié - avec la relation centrale et particulièrement ambiguë de Killua et Gon, dont je viendrai à reparler.

    Ainsi, c'est un début naïf et adorable, et la tonalité évolue énormément au fil des arcs, n'hésitant pas à parvenir à des scènes particulièrement sombres ou violentes.

     

    Hunter x Hunter

     

     

    II. Hunter x Hunter et le refus du manichéisme

    Tous les personnages qui sont en apparence gentils, adorables, ont une face sombre, un traumatisme, un drame et ceux-ci se révèlent petit à petit, ce qui témoigne de la volonté de Togashi de dépasser les codes de base du shônen, en insérant une limite floue, entre les "Bons" et les "Méchants". Killua, tout d'abord. Cet adorable garçon de douze ans aux cheveux blancs est aussi un assassin professionnel, habitué à tuer et déchiqueter des corps depuis sa plus petite enfance, et cela est montré très tôt. Killua s'est échappé de sa famille et décide de se défaire de la vie d'assassin, mais à plusieurs reprises dans l'histoire, il tue des hommes de sang-froid, par une sorte de soif de sang, et dit des choses du genre "Oh, c'est dur de ne pas tuer". Comme l'analyse Animeland, il ne tue pas que dans des conditions extrêmes, mais parfois (surtout au début), juste par plaisir, ce qui instaure une sensation de malaise par rapport à lui (qui est par ailleurs particulièrement sentimental, sa personnalité se développe de plus en plus au cours de la série... Je pense que la meilleure comparaison possible serait celle avec Violet Evergarden, le passage de machine à être humain, en quelque sorte...).

    Hunter x Hunter

    Ensuite, on a Kurapika, qui veut venger son peuple exterminé par une bande d'assassins, dont il est le seul survivant. Là encore, ça pourrait paraître tout à fait cliché si Kurapika gardait son sang-froid, mais en réalité la série met en scène une soif de vengeance intense, associée à un traumatisme - Kurapika est prêt à tout pour accomplir sa vengeance, que ce soit tuer, abandonner ses compagnons, ou mourir à petit feu...

    Et enfin Gon. En bon héros de shônen, Gon est optimiste et déterminé, mais en réalité il ne supporte pas la défaite. [SPOIL] Et à un moment, à cause d'un autre traumatisme, Gon va lui aussi avoir sa "phase sombre", une explosion de pouvoir destructrice et dont la puissance est montrée comme un excès particulièrement destructeur.

    Hunter x Hunter

    Ce refus du manichéisme s'opère aussi du côté des "méchants", qui en viennent non seulement à être attachants, mais aussi à remettre en cause notre frontière entre le "Bien" et le "Mal". Hunter x Hunter offre une panoplie de méchants parfois particulièrement charismatiques, comme le fameux joker assassin et pédophile, Hisoka, apprécié par une grande partie de la fandom, ou la Brigade Fantôme et son chef Kuroro. N'oublions pas Illumi et le reste de la famille Zoldyck, personnages qui sont certes du côté des "méchants", mais qui sont souvent présenté comme de simples individus qui font leur travail.

    Mais le moment où cette limite est la plus floue est très certainement l'arc des fourmis-chimères. [SPOIL] A la fois animales et humaines, les fourmis-chimères nous interrogent et s'interrogent elles-même. Au cours de la bataille finale, plusieurs fourmis vont se joindre aux hommes et combattre leur "propre" camp. Mais le retournement s'opère complètement lorsque Meruem, le roi, eugéniste qui considère que l'humanité est pourrie, veut annuler le combat qui l'oppose à Nétéro. Il ne voit pas l'intérêt de la violence, mais va finir par accepter de combattre Nétéro, qui le provoque. Il est tué par la bombe rose, qui est un avatar de la bombe nucléaire : cela n'est peut-être pas anodin, et fait surtout écho chez nous, occidentaux : si on nous a présenté l'ennemi Nazi comme le diable, c'est finalement nous qui avons lancé la bombe atomique à un moment où la guerre était finie...

    Hunter x Hunter

     

    III. Certaines personnes sont attirées par l'inconnu... on les appelle des Hunter

    Nous en arrivons à la dernière partie de cet article (oui, parce qu'en bonne élève de Prépa, je sais qu'il faut faire trois parties, pas une de plus ni de moins... Ou plutôt parce que je me connais, je pourrais continuer à parler des heures et c'est encore plus vrai pour HxH... >meme de circonstance<). Je voulais ajouter qu'Hunter x Hunter est aussi, tout simplement, un anime d'aventures, avec une importante galerie de personnages, de lieux, d'enjeux selon les arcs... C'est comme si on s'embarquait dans l'aventure avec Killua et Gon, pour une durée indéterminée, et c'est jouissif :') Alors oui, c'est long, mais pas tant que ça. (Puisque notre cher Togashi détient le record du monde d'arrêts maladie, en vingt ans d'existence, le manga n'a que 35 tomes... à des années-lumière des 90 tomes de One Piece... Qui rappelons-le est sorti quasiment en même temps !).

    Avec l'idée de partir à l'aventure, d'explorer l'inconnu, qui revient en force au dernier arc (Dark Continent Expedition Arc, uniquement en mangas), il rentre dans un corpus très vaste, qu'on peut relier autant à King Kong qu'au Monde Perdu ou même, tant qu'à faire, à l’Odyssée... (parce que, quand on veut exagérer dans un article culturel, une comparaison avec les œuvres antiques est la bienvenue !)

    N'oublions pas les superbes OST, les personnages géniaux (pour la plupart, disons) et l'implication émotionnelle - c'est certainement un des animes qui m'a le plus émue... Et je mets ça sur le même plan que des animes particulièrement émouvants comme Violet Evergarden ou Your Lie in April, parce que je vous jure, après certains épisodes, je me sentais mal...

     

    Hunter x Hunter

     

    Pour finir, il y a quand même certaines choses que je voudrais ajouter, alors alons-y, dans le désordre :

    1) Le Killugon : Autant le dire tout de suite, le Killugon est mon OTP o/ Et il faut bien se mettre en tête que je ne suis pas vraiment une shippeuse yaoi, et que, quand j'ai commencé HxH, je n'étais pas une shippeuse tout court, en fait. Je n'aimais que les ships canon donc autant dire que ce ne sont pas des ships mais plutôt du fangirling >w< Et c'est dans cette logique-là que j'ai commencé à aimer le Killugon, parce que, quoi qu'en disent les Killugon haters (appelons-les ainsi), leur relation est fusionnelle, intense, et très ambiguë. Je ne voudrais pas rentrer dans les détails ici, pour ne pas trop vous spoiler non plus, mais il apparaît évident au cours de la série que Killua aime Gon bien plus fort que de la simple amitié... (et encore une fois, je veux bien vous faire un article sur le développement du personnage de Killua au cours de la série, et sa relation avec Gon, Alluka, et les autres...) Et puis, il y a des sous-entendus assez évidents dans les entours de la série, comme Hunterpédia (ou Hunter x Hunter 99, qui est l'anime original, mais comme c'est 2011 qui est dans mon cœur, je vois 99 comme une sorte de bonus...).

    Autre chose, je suis a priori contre le Léopika, parce que le Léopika est beaucoup moins présent dans la série que le Killugon... ne serais-ce que par l'implication émotionnelle u_u mais pourquoi pas, après, si des choses concrètes venaient à arriver... Tout ça pour dire que ce n'est pas qu'un simple délire de fangirl Yaoi, mais une vraie possibilité de romance entre les deux...

    Hunter x Hunter

    2) La question du genre : Ça va plus ou moins avec le Killugon, puisque pour moi, si Togashi est capable d'insérer des personnages trans ou non-binaires dans son histoire, l'homosexualité n'y est pas impossible... Là encore, je pourrais vous faire un exposé complet là-dessus, mais disons simplement que dans l'histoire (comme c'est souvent le cas dans les anime japonais, mais je le trouve particulièrement présent dans HxH) apparaissent des personnages dont l'identité de genre est floue. A commencer par Kurapika : même si au cours de l'histoire son genre masculin vient à se confirmer, dans le premier tome du manga, en français, on peut repérer une alternance entre "il" et "elle" (non seulement dans la bouche des autres personnages, mais Kurapika même s'accorde au masculin et au féminin alternativement). Pour d'autres personnages, c'est plus évident : comme Kalluto, le petit frère de Killua, qui s'habille en fille (mais se considère comme un garçon), ou Alluka, sa sœur, considérée comme un garçon par le reste de sa famille (donc apparemment trans, même si ce n'est pas dit clairement). Il y a aussi Néférupito des fourmis-chimères, appelé.e il et elle alternativement. Tout cela peut être perçu donc comme une certaine présence de la cause LGBT dans l'oeuvre de Togashi, même si là encore, nous sommes dans un shônen aux codes très stricts, donc rien n'est vraiment affirmé... 

    3) Kurapika : Il fallait quand même que je finisse cet article sur mon amour, dont je n'ai pas assez parlé <3 Kurapika étant mon mari officiel devant Nagisa, hein. Même s'il est prêt à me jeter aux poubelles pour accomplir sa vengeance, je l'aime fort, et je lui souhaite d'être heureux <3

    Hunter x Hunter

    J'achève ici cet article écrit un peu à la va-vite, parce que j'avais besoin de balancer tout d'un coup tout mon amour pour cette fantastique série <3 [Et de rentabiliser touuuuus les gifs de Hunter x Hunter que j'ai enregistrés, aussi. Le pire c'est que je n'ai même pas pu tous les placer xD] J'espère ne pas vous avoir trop assommés. Et je vous dis, à la revoyure pour de nouvelles aventures ! o/

    *Fanny pleure*


    2 commentaires
  • J'ai écouté cette chanson en boucle tout l'été, avec une bonne dose d'épisodes de SU tous les matins. Ça me réchauffe tellement le cœur, c'est tellement génial *larme d'émotion*

     

    30.08.18

    L'été touche désormais à sa fin, et la nostalgie du soleil va commencer à pointer son nez à mesure qu'on rassemble les affaires pour la rentrée qui arrive, qu'on reprend les chemins des études et qu'on rentre tout doucement dans le quotidien. Comme tout le temps, l'été passe un peu vite, mais c'est un moment brillant, éclatant où on profite, tout simplement. Alors j'ai rassemblé cette petite playlist qui me rappelle toutes ces expériences de mon été, qui l'ont rythmé et qui resteront imprimées pendant l'année ~

     

     

    Notes pour trop tard, Orelsan ft. Ibeyi

    J'ai écouté ça sur le rebord d'un fleuve dans les Yvelines, avec ma sœur et des amis, le soleil tapait un peu fort, l'été venait à peine de commencer et il y avait quelque chose d'étrange dans ce camping qui avait des allures d'idéal - un feu de camp, une playlist, des étoiles, un jeu de rôle, une guitare. Mais parfois on entendait les chansons trop bas, on s'emportait dans des débats stupides, et je me sentais enfermée dans les temps morts... Bref, cette chanson au milieu de la playlist a attiré mon attention tant elle est juste, sincère, forte, et inspirante. Elle m'a apaisée, fait réfléchir et j'essaye de la garder dans un coin de ma tête...

     

     

    Waterloo Sunset, The Kinks

    Toujours dans la playlist du camping, une chanson toute en rondeurs qui rappelle les Beatles et me transporte comme un réveil apaisant. Déjà dans la BO de ce feel-good movie particulièrement cliché, mais qui fait plaisir tout de même, Love, Simon, j'ai noté cette chanson qui fait du bien, aussi :')

     

     

    Le Temps est Bon, Deleughi 

    Ressortons les tubes enfouis sous le sable, l'écho de cette chanson me ramène immédiatement sur la plage et fait raisonner le chant des cigales. Voilà, c'est un véritable coup de cœur pour moi, une chanson toute simple, et qui a pourtant quelque chose de magique. Une chanson qui m'a fait entrer tout doucement dans la lassitude de l'été ~

    Pour l'anecdote, cette chanson est un remix de celle d'Isabelle Pierre. Vous pouvez donc remarquer qu'après "Le Temps est bon, le ciel est bleu / J'ai deux amis qui sont aussi mes amoureux", la chanteuse poursuit "Le Temps est bon, le ciel est bleu / Nous n'avons rien à faire, rien que d'être heureux"... C'est précisément ces paroles, que je m'imagine aussi dans la chanson de Deleughi, que j'en suis tombée amoureuse. Parce que c'est tellement ça, l'été... C'est profiter, sans rien faire d'autre, du soleil et des gens avec qui on le partage... Dans la version d'Isabelle Pierre, j'aime aussi tellement ses envolées lyriques, comme si cette chanson toute anodine prenait soudain de l'ampleur... Aahhh...

     

     

    Baby Shark Dance

    *Découvre le clip en faisant cet article* Je mets vraiment ça dans ma playlist ?!

    Pour l'histoire, cette chanson me rappelle aussi l'eau salée et l'odeur de crème solaire. C'est que j'ai commencé à la chanter en boucle avec ma sœur en s'imaginant une fantastique famille de requins dont le père a des airs de Mr. Indestructible... Dans ma tête, on était du point de vue des requins qui fuyaient les pêcheurs... Quelle ne fut pas ma déception de découvrir qu'on était du point de vue d'humains pourchassés par les requins ! Non mais oh ! Faisons un nouveau clip !

     

     

     

    Alors ça, c'est LA chanson de l'été. Si on doit en isoler une seule pour son omniprésence au cours de l'été, c'est bien celle-là. Déjà, elle est dans deux des films qu'on a vus au cinéma cet été, Jurassic Park : Fallen Kingdom (uniquement dans la bande-annonce) et Come As You Are (Film sur l'homophobie chrétienne un peu trop étroit dans son propos). Ensuite, on la retrouve dans deux épisodes de Black Mirror (15 Million Merits et Crocodile), où elle est assez centrale - ce qui est notable puisque cet été, notre passion pour cette série a repris en force. Il y a quelque chose d'envoûtant dans cette chanson, qui explique qu'elle soit mystérieusement reprise par tout le monde. Alors bon, même si c'est plutôt une chanson de noël, elle a aussi rythmé notre été.

     

     

    Mr. Sandman, The Chordettes

    Autre chanson de noël complètement sortie de son contexte, celle-ci est entrée dans notre playlist de l'été après avoir revu les deux premiers Retour Vers le Futur. Et donc, en plus d'être une super chanson pile dans la tonalité que j'écoute avec ma sœur ces derniers temps ; elle me rappelle mon séjour Auvergnat...

     

     

    La Loi de Murphy, Angèle

    A force de fredonner cette chanson (elle, ainsi que La Thune et Je veux tes Yeux) toute la journée - à la plage, en vélo, dans la maison, devant Youtube -, elle a fini par devenir une partie intégrante de notre été, notre petit hit. J'aime beaucoup ce clip rempli d'images insatisfaisantes, et puis cette chanson est à la fois étrangement nostalgique et cosy :')

     

     

    I Rim Bo Ro, Tri Yann

    On en arrive maintenant au moment où le choix des chansons n'est plus évident. Bon, déjà, j'ai dû supprimer plusieurs titres de ma liste provisoire, histoire que cette playlist ne fasse pas 150 chansons. Ensuite, il fallait choisir parmi les dizaines d'heures de musique qu'on a écouté avec notre père dans la voiture, pendant notre vadrouille dans l'Ouest français. Mes parents n'ayant pas de voiture, je voyage toujours en train ou en transports, et je redécouvrais le plaisir de la musique en stéréo dans une boîte qui file sur l'autoroute. Parmi tout ce qu'on a écouté se sont distingués quelques albums pour lesquels j'ai eu un véritable coup de cœur - encore fallait-il sélectionner une chanson pour les représenter. En ce qui concerne les Tri Yann, j'ai choisi I Rim Bo Ro (dans l'album Le Pèlegrin), comme j'aurai quasiment pu choisir n'importe quelle chanson. Elle est énergique, moderne et... Bretonne. Bien bretonne comme il faut ;) J'écoute les Tri Yann depuis que je suis toute petite, alors autant dire que leurs chansons me rendent nostalgiques... Mais c'est vraiment de la bonne musique (variée énergique colorée), alors si ça vous intéresse, n'hésitez pas à les découvrir !

     

     

    Magical Mystery Tour, The Beatles

    Cette vadrouille en voiture a également été pour moi l'occasion de découvrir l'album Magical Mystery Tour des Beatles. Ce qui est étonnant, c'est que cet album (qui est en fait l'OST d'un film), est assez peu connu, alors qu'il contient certain des plus grands titres des Beatles, comme Strawberry Fields Forever ou I Am The Walrus. Je décide ici de vous présenter la chanson Magical Mystery Tour, parce qu'elle est un peu moins connue et tout aussi bien :')

    [Ah, et excusez-moi pour ce clip bizarre, je n'en ai pas trouvé d'autre. Comment vous dire que j'avais un peu la flemme de chercher, aussi... C'est pas l'image qui compte !]

     

     

    Atom Heart Mother Suite, Pink Floyd

    Évidemment, je vous ai gardé le meilleur pour la fin... Pink Floyd ! <3 Bon, ce morceau fait 24 minutes, mais si vous voulez le mettre en fond sonore tout en faisant autre chose, franchement, il vaut le coup. Je l'écoutais en boucle au début de l'été, quand j'étais seule chez moi, avec l'album Animals (pour lequel j'ai eu un coup de cœur !) ; et j'ai recommencé à l'écouter à la fin, toujours dans cette voiture qui file sur l'autoroute. On peut dire qu'il boucle la boucle, en quelque sorte :') Si le reste de l'album n'est pas si extraordinaire, ce morceau me fait véritablement vibrer...

     

    Résultat de recherche d'images pour "gif steven universe steven et connie"

    Bonne rentrée à tous !

     


    votre commentaire
  • > Il y a longtemps, je crois, que je n'ai pas posté ici, dans ce mini-module "météo". Mélancolie des temps modernes, ou simplement manque de temps ? Ce que je crois, c'est que j'ai simplement arrêté de penser - pour ne pas laisser ces fichues angoisses remonter à la surface. Garder mon cerveau occupé, penser toujours au présent, voilà ce qui me fait tenir chaque jour. Et apprécier la vie, en quelque sorte =w=


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires